Livres Lac-Brome déménage dans le local de l’ancien magasin Jones of New York. Lucy Hoblyn et Danny McAuley, les deux propriétaires de la prospère librairie, aiment l’idée d’un magasin plus moderne et plus lumineux avec pignon sur rue.

«Il y a de hauts plafonds, des parquets de bois franc et de grandes fenêtres» dit Danny. «Le nouveau local est plus visible. Nous quittons l’arrière d’un édifice désert.»

L’achat de l’édifice par la municipalité de Lac-Brome dans le cadre de son projet de rénovation du centre-ville a forcé le déménagement. Les plans prévoient la démolition du complexe Mill Pond où Livres Lac-Brome était en opération depuis 2014. Le personnel de la municipalité occupera l’édifice pendant les rénovations de l’hôtel de ville. Livres Lac-Brome devait donc changer de local et celui qui avait logé autrefois un magasin d’entrepôt Ralph Lauren était à louer. Les deux espaces ont à peu près la même superficie.

Livres Lac-Brome est unique. Alors que la plupart des petites librairies ont fermé depuis longtemps, elle est en plein essor, en raison surtout de règlements obligeant les écoles locales et la bibliothèque à faire leurs achats de livres par la librairie.

Mais c’est le travail acharné du couple qui gère le magasin depuis 2006 qui explique son succès. Ils sont ouverts sept jours sur sept et l’un d’eux est toujours sur place, avec le chien Watson. Sheila McManus est leur employé permanent de plus longue date.

Le phénomène Louise Penny est aussi un atout.

«Des centaines de touristes américains viennent ici chaque année à cause de Louise Penny» dit Lucy Hoblyn. «Dans le nouveau magasin, nous aurons un nouvel espace Louise Penny.»

La renommée de l’écrivaine locale est telle que 1 000 copies de son dernier roman, Les Maisons de Verre, publié à l’automne 2017, ont été vendues. Un grand succès pour une grande ville mais tout à fait étonnant pour une librairie de village. L’ouverture est prévue pour le 9 mai, pourvu que les 9 000 bouquins aient pu traverser la rue à temps.

Traduction: Guy Côté