Signy Stephenson, décédée récemment à 69 ans, dirigeait une prospère entreprise locale, elle a été conseillère à Ville de Lac-Brome et membre actif de la communauté où ses enfants ont grandi.

De descendance islandaise des deux côtés de sa famille, elle est née à Winnipeg; la plus grande

communauté d’islandais hors d’Islande se trouvant au Manitoba. Signy a grandi à Montréal et après ses études collégiales étudia un an à Paris avant d’aller passer trois ans au Fashion Institute of Technology à New York.

Elle travaille ensuite chez Morgan à Montréal qui deviendra La Baie. De là, elle déménage à Toronto, pour devenir directrice de la revue Style. Elle y rencontre son mari, Michel Gabereau et ils s’épousent en 1984.

«Nous avions tous les deux des carrières trop envahissantes à Toronto et nous avons décidé que ce n’était pas très bon pour deux enfants», dit Michel, qui travaillait comme ingénieur du son pour l’émission W5 à CTV.

Le couple achète l’Auberge du Joli Vent en 1988. «C’est la meilleure décision qu’on ait jamais prise,» dit Michel. «Signy voulait revenir au Québec. C’était une québécoise de coeur.»

Ils achètent l’Auberge du Relais en 1997 en continuant de gérer l’Auberge du Joli Vent jusqu’en 2000. Ils entreprennent de grands travaux de rénovation du Relais, pour en faire un hôtel et aussi pour aider à la renaissance du coeur du village de Knowlton.

Signy a commencé sa vie publique comme présidente de la Chambre de commerce locale, puis en 1995, elle est élue conseillère municipale pour un terme. Le couple achète alors une propriété en Guadeloupe où ils passent quatre mois par année. Loin de sa vie mouvementée de Knowlton, Signy se met à la peinture sous la direction d’un peintre local.

Michel, leurs deux enfants, Georges et Aileen, et les deux autres enfants de Michel, Morgan et Eve, lui survivent.