Un Musée du vélo à VLB

Philippe Wauthier et Mélanie Trottechaud, nouveaux résidents de Lac-Brome, vont ouvrir le premier Musée canadien du vélo sur la rue Victoria en 2019.

Beaucoup plus qu’un musée, leur projet inclut aussi un B&B thé- matique au deuxième étage où toutes les chambres seront des mini- musées en soi avec chacune un thème différent axé sur le cyclisme. Pour voir chaque chambre, il faudra y séjourner pour la nuit. On aura aussi l’impression de «vivre dans le musée» car de grandes portes vi- trées permettront aux clients du B&B de voir à travers les pièces réservées au Musée, ce qui devrait plaire aux amateurs de vélo. Tout sur place rappelera le vélo, même les luminaires et accessoires seront fabriqués à partir de vieilles pièces de vélo. Cette ode au cyclisme sous toutes ses formes devrait plaire autant aux amateurs de vélo de route qu’aux adeptes de vélo de montagne.

Philippe est propriétaire de trois boutiques de vélos à Québec et Mélanie est policière. Tous deux compétionnent dans le triathlon Ironman. Ils vont prendre leur retraite d’ici deux ans et prendre congé de la compétition le temps de monter le projet. Beaucoup reste à faire avant que le Musée devienne réalité et ils comptent bien s’y investir à fond. Philippe a le goût de transmettre sa passion du vélo à travers les histoires qui ont façonné ce sport au Québec et au Canada. «Peu de gens savent à quel point certaines compagnies québécoises et canadiennes ont eu un rôle-clé à jouer dans l’histoire du vélo. On n’a qu’à penser à Giuseppe Marinoni et ses vélos sur mesure qui ont fait rêver tant de cyclistes.»

C’est lors d’une visite que ces deux grands sportifs ont eu un coup de coeur pour la région et surtout pour la grande maison blanche parfaite pour réaliser leur projet de musée et s’y installer avec leur famille nombreuse. C’est qu’ils ont cinq enfants sportifs comme eux. Entre le travail, les enfants, la mise sur pied du musée et les entraînements, ils ont du pain sur la planche. Ils doivent faire les rénovations et rassembler tous les vélos et accessoires en plus de fabriquer tous les objets de décoration du musée. Ils sont très motivés et il est clair qu’ils carburent aux défis et qu’ils ont bien l’intention de franchir la ligne d’arrivée dans les délais prévus.