Où sont les chauves-souris?

Mammifères nocturnes! Où sont passées toutes les chauve-souris? Depuis 2016, la population des petites chauve-souris brunes a diminué de 91%. Le temps où nos ciels des crépuscules et des aurores dansaient au rythme des chauves-souris dévorant leur pro-pre poid en insectes pendant la nuit est révolu. Les cieux sont bien tranquilles maintenant.

Tout le monde a une histoire de chauve-souris volant dans la maison, terrifiant certains, poussant d’autres à se saisir d’une raquette de tennis, et les rationnels à ouvrir portes et fenêtres. Depuis quand vous a-t-on raconté une telle histoire?

Des huit espèces connues au Québec, toutes sont menacées. Les chauves-souris qui hivernent dans des cavernes locales périssent d’une maladie souvent mortelle appelée syndrome du nez blanc. Leur population a diminué d’environ 98%. Les pesticides et la perte des habitats contribuent à la décimation de cette créature incomprise et du rôle qu’elle joue dans un écosystème sain. Il y a une crise de la chauve-souris et les super-héros sont impuissants.

Mais nous pouvons faire quelque chose.

Conservation Chauve-Souris des Cantons-de-l’Est (CCCE) est un organisme de bénévoles voué à la conservation des chauves-souris et de leur habitat par l’éducation, la recherche et l’engagement communautaire. Leur mission est de sensibiliser le public, d’étabir des échantillons de populations de chauve-souris par recensement et d’aider à leur conservation.

À cette fin, CCCE tiendra deux conférences publiques: le 7 avril à 13h au Centre Lac-Brome et le 14 avril à 10h à l’Hôtel de ville de Mansonville-Potton. Elle seront présidées par Victor Grivegnée-Dumoulin biologiste de l’université de Sherbrooke, secondé par Robert Chartier, potier, fermier et conseiller munici- pal de Bolton-Ouest.

«Je me suis impliqué quand il a fallu déplacer des chauves- souris nichant dans le grenier de l’hôtel de ville», dit M.Chartier. Il fit le nécessaire, trouva des abris de chauve-souris chauffés, pris soin des mères et de leurs fragiles petits, en plus de collecter 1500$ pour les abris. Le but de CCCE est de lever des fonds pour des abris, acheter un radar pour dénombrer les chauves-souris, les localiser et aider à la repopulation.

Les conférences visent la participation du public. Adhérez sans frais au CCCE, supportez-le financièrement et activement. Une chauve-souris sauvée mangera chaque nuit son poids en maringoins.

Renseignements: conservationchauvesouris.com

Traduction:Guy Côté