Editorial : Une locomotive culturelle 

En matière de culture, la Ville de Lac-Brome fait plus que l’on pense. Sur une longue période, des groupes de bénévoles ont fondé un ensemble impressionnant d’institutions culturelles dont bien des communautés comptant 10 ou 20 fois plus d’habitants sont dépourvues. Commençons par le théâtre, qui présente une grande variété d’événements et accueille le Festival du film de Knowlton. En tant que lieu de culture, le théâtre et son hall sont sans égal dans la région. 

Les Knowlton Players, la troupe locale de théâtre amateur monte constamment des spectacles de qualité professionnelle. 

Il y a deux festivals littéraires, un anglophone et un francophone. Le Festival littéraire de Knowlton est passé d’un événement local à un événement où des écrivains de renom sont enchantés d’y être invités, telle cette année, l’auteure Kathy Reichs. Mener le festival à son niveau actuel a demandé beaucoup de travail et d’imagination. Dans un monde où les petites librairies sont écrasées par Amazon et Indigo, Livres Lac-Brome prospère. Son lien avec l’auteure Louise Penny – elle-même un trésor littéraire local et international – attire des visiteurs du Canada et des États-Unis en pèlerinage à Three Pines. 

Ensuite, il y a la bibliothèque, cet élégant édifice centenaire qui constitue à bien des égards le point d’ancrage culturel de la communauté, et qui sert la population en français et en anglais. Son expansion prochaine ne fera que renforcer son importance. Il y a cinq galeries d’art dans la ville et beaucoup d’artistes et d’écrivains vivent dans la communauté. 

Depuis 1897, la Société historique du comté de Brome est fière de préserver et de promouvoir le patrimoine de la région par l’intermédiaire du Musée Lac-Brome, un organisme historique et pédagogique hors du commun qui rend ce territoire unique parmi les petites communautés québécoises. Tout a commencé lors d’un pique-nique en 1897 dans une ferme de West Brome pour célébrer le centenaire de la première concession de terre dans le canton de Brome. 

Enfin, nous avons notre propre station de radio, qui a récemment étendu sa diffusion, ainsi que deux journaux, ce que les grandes villes ont du mal à soutenir. Cet impressionnant répertoire culturel n’est issu d’aucune planification centrale. Il a été créé grâce à l’imagination et au travail des personnes qui les ont supportés et au soutien de la communauté qui bénéficie des fruits de leur travail.