Des résidents qui habitent en bordure du Club de golf Inverness promettent de s’opposer à tout projet de développement immobilier qui pourrait être prévu sur le golf. Cela survient après que le propriétaire, Marc Fontaine, ait déclaré que le golf n’ouvrirait pas cet été.

Lors de la dernière séance publique du Conseil de VLB, Me Benoît Bourgon, un avocat qui dit représenter ces résidents a déclaré qu’il voulait que le conseil empêche tout développement immobilier sur ce terrain. À la même séance, le conseil a déposé un avis de motion – une expression d’intention et non d’action de la part du conseil – afin de n’autoriser que des activités reliées au golf sur ce terrain. De l’avis de Me Bourgon, cela ne suffit pas. Il a demandé que la ville interdise toute construction résidentielle. Le conseil a retiré l’avis de motion.

Lorsque Tempo a demandé à Me Bourgon ce qu’il attendait de la ville, il a répondu «Je ne veux pas que ce soit public». Qui au juste et combien de personnes il représente et en vertu de quelle autorité, cela aussi doit demeurer secret, dit-il.

Au nom de la ville, le directeur général Gilbert Arel a précisé à Tempo que les procureurs de la ville sont à examiner le zonage du terrain de golf. La ville soutient que le terrain est zoné pour résidences unifamiliales isolées. Pour sa part, lors de discussions précédentes avec la ville le groupe de citoyens a soutenu qu’une erreur était survenue lors du lotissement autour du golf Inverness dans les année ’80.

Par ailleurs, Marc Fontaine, le propriétaire du terrain de golf, n’a pas fait connaître publiquement ses intentions au-delà de préciser qu’il allait entretenir le terrain; ces propos font craindre à certains résidents qu’il compte vendre le terrain de golf. Malgré ceux qui veulent garder le secret autour de cette affaire, des résidents ont déclaré à Tempo que des rencontres avaient eu lieu avec le propriétaire du terrain de golf afin de trouver des moyens de conserver cet espace vert.

Guy Thibodeau habite les condos Inverness de l’autre côté du terrain de golf. Il nous a confié: «Comme plusieurs autres résidents je suis déçu des derniers événements et j’espère qu’on va conserver le terrain de golf, cela ajoute une plus-value à nos propriétés». M. Thibodeau reconnait toutefois que l’avenir des terrains de golf est incertain; plusieurs terrains ont fermé un peu partout dans la province. «Le terrain de Foster a fermé récemment, le golf n’est plus ce qu’il était.»

Avant d’aller sous presse, Tempo apprenait qu’une rencontre de citoyens aura lieu pour discuter de l’avenir du terrain de golf.