«Nous sommes les Canards du Lac Brome, nos activités sont ici nous allons reconstruire et rester à Lac-Brome» affirme Claude Trottier, le Président et Directeur de l’exploitation de la compa-gnie lors d’un entretien avec Tempo à la mi-août.

Le rapport de police sur l’incendie qui a détruit la boutique et les bureaux de la Ferme de canards le 16 juillet dernier indique «qu’il n’y a pas de signe d’acte criminel» indique M. Trottier.

La compagnie d’assurance doit maintenant conclure sa propre enquête sur le feu qui a causé pour plus de 20 M$ de dommages. «Nous allons reconstruire, mais c’est long reconstruire on envi­sage un horizon d’un an, je ne suis pas en mesure de fournir une date précise» d’admettre M. Trottier.

Entretemps, la compagnie procède à l’abattage et au dépeçage des canards dans son usine de l’Indiana et répond jusqu’à 70 pour cent aux besoins de ses clients. «Le plus difficile est l’approvisionnement en produits frais.» La nouvelle usine d’Asbestos doit être opérationnelle en novembre mais «on essaie d’aller plus vite» explique encore M. Trottier.

Plus de 100 personnes ont perdu leur emploi dans cet incendie. De concert avec Emploi Québec, la compagnie a mis sur pied un comité pour aider les employés à trouver du travail.

De son côté, la conseillère Louise Morin a confirmé que les pourparlers allaient se poursuivre entre la Ville et la compagnie pour mettre en place un projet conjoint de Centre d’interprétation du canard à Knowlton. L’emplacement du futur centre n’est pas encore arrêté.

«J’ai parlé au maire à quelques reprises, explique M. Trottier, nous avons une belle collaboration avec la Ville nous avons reçu plusieurs offres d’aide.»

Un effort collectif

La tragédie et l’incertitude qu’elle a engendrée a touché la communauté de VLB. Plus de 40 000$ ont été amassés pour venir en aide aux employés sans travail.

«On s’est demandé ce qu’on pouvait faire, nous dit Reg Gauthier. Lorsque j’ai vu ces hommes et ces femmes je me suis dit ce ne sont pas des statistiques mais des gens qu’il faut aider. Alors j’ai créé la campagne Gofundme et cela a déclenché un courant d’appuis de la communauté.»

Un employé nous a dit «ce n’est pas seulement l’argent, mais le plus important c’est de sentir que les gens de votre milieu sont derrière vous, qu’on fait partie d’un tout un peu comme dans une famille.»