Avoir survécu à l’embardée survenue dans la nuit du 9 août sur le chemin Fulford qui a englouti deux véhicules lors d’un orage violent tient du miracle.

 «C’est un miracle que quelqu’un soit arrivé aussi vite pour me sortir de ce trou» raconte Claire Lavigne- Amos quelques jours seulement après l’accident. «Je suis tombée sur l’auto de Shawn Turcotte, les coussins se sont ouverts, le capôt était levé et je me suis demandé où j’étais. Je suis sortie par la fenêtre de l’auto et puis l’eau montait j’ai paniqué. Je me suis dit que je ne pouvais pas nager» relate encore Madame Amos qui avoue faire des cauchemars chaque nuit depuis l’accident.

 Ce qui lui est apparu comme des heures s’est passé vite. Le jeune Shawn Turcotte, qui habite proche du lieu de l’accident a alerté sa famille et des voisins lesquels ont pu, à l’aide d’une échelle, sortir Madame Amos de sa fâcheuse situation. L’intervention rapide du jeune Turcotte a fait toute la différence. Il a prévenu les secours et rassuré Madame Amos alors qu’elle était immobilisée dans la crevasse du chemin effondré.

 Les ambulances sont arrivées sur place. Madame Amos ne pouvait pas marcher. Elle avait une fracture au talon, à la clavicule et au poignet droit. Elle est maintenant en convalescence pour six à huit semaines. Elle est reconnaissante à tous ceux qui lui ont porté secours; «c’est grâce à eux que je suis en vie, c’est l’essentiel».

 Madame Lavigne-Amos allait livrer desjournaux–LaVoixdel’EstetThe Gazette – au moment de l’accident. Elle se demande maintenant si elle pourra conduire à nouveau sur cette route la nuit pour la livraison des journaux.

Francine Bastien