Interrogé à distance, pandémie oblige, le maire de Ville de Lac- Brome avoue qu’il est fier de la façon dont l’équipe municipale, élus, cadres et employés a réagi aux nombreuses directives et restrictions successives imposées par les gouvernements et la Santé publique depuis le début de la pandémie. «Efficace, souple, disciplinée et proactive», résume-t-il en parlant de «son» équipe. Une inquiétude malgré tout: le déconfinement.

«Pas question de faire un pas en avant et deux pas en arrière. Si les gens ne respectent plus les consignes de base on le fera savoir. Évidemment qu’on s’attend à l’arrivée de plusieurs visiteurs. Mais venir d’ailleurs ne donne pas le droit de ne pas respecter les règles que nous avons mises en place ici à VLB.»

Suivant les directives provinciales de déconfinement progressif, cet été, plusieurs commerces et activités de VLB reprendront ou demeureront fermés ou annulées. «Faute de policiers municipaux, ce sera la SQ qui interviendra quand il y aura dérapage, précise le maire.»

Le maire rappelle qu’il est possible pour les citoyens de signaler toute situation qu’ils jugent exceptionnelle ou dangereuse, à la Sûreté du Québec en composant *4141. Nul besoin de s’identifier.

On a tous perdu en liberté et en démocratie!

Le déconfinement représente à coup sûr une étape délicate à franchir pour le premier magistrat de VLB. Mais pour l’homme de terrain qu’il a toujours été, peu porté vers la technologie, la réclusion, le travail à distance ne sont pas non plus faciles à vivre: «J’ai 70 ans, j’ai donc respecté religieusement les consignes et suis resté à la maison. Je ne suis même pas allé chez IGA! Mais travailler de chez-moi, sans faire le point directeur général que je rencontrais normalement tôt le matin à l’Hôtel de ville, ni m’entretenir, ni même croiser les membres du personnel; participer à toute une série de conférences et de réunions virtuelles; ne pas rencontrer les citoyens; tenir des séances du Conseil à huis clos; j’avoue que tout cela est frustrant! confesse-t-il. «Je constate qu’avec cette pandémie, on a tous perdu en libertés et en démocratie, lance-t-il. Et c’est irritant pour tout le monde y inclus le maire.»

L’achat local et les grands projets

Au nombre de ses préoccupations actuelles vient évidemment l’économie de VLB et la vigueur des commerces locaux. «Nous travaillons avec la MRC pour favoriser le plus possible l’achat local. Je déplore le fait de ne pouvoir aider davantage fiscalement les commerçants. Malheureusement la marge de manoeuvre des municipalités est très étroite dans ce domaine. Par ailleurs nous avons prêté main forte à IGA au début de la pandémie, en matière de sécurité; nous avons offert des présentoirs à tous les commerçants pour obliger la désinfection des mains; nous avons approvisionné les foyers de personnes âgées en matériel sanitaire en début de pandémie. Nous avons surveillé les allées et venues des gens qui arrivaient des États-Unis, etc». Et les grands projets? La réfection du barrage, le réaménagement du centre-ville et l’agrandissement de la bibliothèque? «Ils suivent leur cours. Ce sera plus long mais on ne lâche pas, conclue-t-il. La vie continue!» Confiné ou non, Richard Burcombe tient le fort.