• Oh! surprise, une dame avait décidé, la météo prévoyant de la pluie ver glaçante, de parer cette fois-ci à toute éventualité. Comme sa voiture vivait dehors, elle a éloigné les essuie-glaces du pare-brise, puis leur a enfilé des bas rose vif en laine angora pour les mettre à l’abri des éléments et empêcher qu’ils collent à la vitre. Il y a bien eu du verglas, puis le mercure a chuté à -20C et est demeuré sous la barre du -20C pendant quatre jours. Malgré la contribution du soleil, ces bas criards n’ont pas lâché prise et rien ne pouvait les déloger.

Finalement, de guerre lasse, le mâle a décidé que la bagnole avait besoin de dégourdissement et s’est proposé de retirer d’un coup sec ces pyjamas improvisés, ce qui a arraché les caoutchoucs des lames, d’où un périple obligé chez le garagiste essuie-glaces colorés battant la mesure. Le personnel n’a pu éviter de rigoler et, évidemment, a dû en substituer des neufs. Les bas ont complété leur dégel dans le confort de la maison.

• Au moment de la pire tempête de neige de la fin février, un quatuor de dames irréductibles avait décidé de jouer quand même au mah- jong. La conductrice désignée a quitté son garage tempéré pour cueillir deux joueuses chez elles et garer sa voiture dans le garage souterrain d’un des condos Coldbrook. Au terme d’un après-midi réussi, les trois invitées, ne se doutant de rien, sont retournées à la voiture. Ce n’est qu’en sortant du garage qu’elles se sont butées à une poudrerie monstre et un immense banc de neige dans lequel la voiture s’est précipitée. La nonagénaire a eu à enjamber la console pour sortir du bolide et aider au pelletage. Leur hôtesse est venue leur prêter main forte armée d’une pelle. Heureusement, un gentil jeune homme au contrôle d’une camionnette est venu à la rescousse.

Traduction: Jean-Claude Lefebvre