• Une citoyenne de Fulford a récemment vu un harfang des neiges, visiteur diurne à sa mangeoire. Il chassait à ce moment de la journée et, certainement, en manque de proie. De nombreux petits oiseaux s’y régalent, attirant ainsi l’intérêt de rapaces, dont un faucon repéré dans les parages. Y viennent aussi des écureuils noirs, occasionellement une biche et deux dindes sauvages.

• Il semble que les écureuils roux ont repeuplé de nombreux secteurs après une rareté évidente l’été dernier. Comme certains renards roux sont bien en chair, ici et là, ils ont dû festoyer goulûment aux dépens d’écureuils de diverses robes et, peut-être, de poules égarées.

• Une paire de bottes, achetées à Vancouver, a réussi à fuir les lieux équipée de son étiquette de sécurité, un oubli du magasin. Les bottes ont dormi dans un placard pendant deux ans, le retrait de l’étiquette de sécurité ne justifiant pas un retour au magasin. Estimant que la pile de l’alarme devait être morte d’épuisement, sa propriétaire l’a coupé pour pouvoir enfin chausser ses pompes. Pas de chance. L’alarme perceuse de tympans ne s’est pas faite attendre malgré son enfouissement soudain dans un drap, une torture de deux bonnes heures. Néanmoins, cet écorchement s’est traduit par le port de bottes chaudes et confortables.

• Un homme venu de Montréal pour un anniversaire de naissance à Knowlton, avait par inadvertance codé «Knowlton Landing» sur son guide GPS. Étant déjà venu plusieurs fois à Knowlton, il a été surpris de passer outre la sortie 90, puis de devoir emprunter la prochaine. Une fois arrivé à Potton et à la Fusée, il a heureusement constaté l’erreur puis a tourné sur la 243 en direction de Lac-Brome. Il aurait dû dire Lac-Brome à Mme GPS plutôt que Knowlton. Comme quoi la tech- nologie peut nous faire cavaler inutilement – les bonnes vieilles cartes routières sont parfois plus fiables, si on sait les consulter.

Traduction: Jean-Claude Lefebvre