• Il y a deux ans, une paire de merles d’Amérique avait réussi à nicher dans un panier de fleurs suspendu, ce qui gênait tant le proprio dans sa tâche quotidienne d’arroseur que les merles dont le degré de stress devenait permanent vu cette proximité. En est résulté l’abandon de trois oeufs dans un nid détrempé. Quand la même paire a récidivé cette année, le proprio a décidé de couper court à leur projet. Après plusieurs manoeuvres délicates pour contrer leur instinct reproducteur, leur persistance a poussé aux grands moyens. Un bocal de verre renversé a été planté au milieu des fleurs de leur auberge pour signifier «complet». Le bocal a été renversé une fois, puis aussitôt remis en place, ce qui a permis au message de passer.

• Un garçon de l’Académie Knowlton avait une enseignante qui avait un faible pour les tortues, tout comme lui. Ils parlaient souvent de tortues et au dernier jour à l’école, la stagiaire a donné au garçon un livre portant sur une tortue. Quelques semaines plus tard, un colis postal à son nom lui a apporté deux chandails pour tortue. Oui, oui, tortues. Du jamais vu. Ils avaient été tricotés par sa mère et convenaient parfaitement à la carapace de tortue bien fixés par une ceinture par en-dessous. Il y avait même des crêtes tout le long de l’échine. Un reptile dans le vent quoi!

• Si vous pensiez rêver en percevant un chant de coq au lever du jour à Knowlton, vous étiez probablement éveillé et profitiez de cette musique réconfortante. Un éleveur passionné de volailles avait acheté trois poules exotiques et ce n’est que quelques semaines plus tard, à son grand dam, que l’une d’elles a trouvé sa voix et s’est mise à courtiser le soleil. Il semble que cet oiseau avait été élevé à proximité d’un coq fougueux et dominant et, donc poussé à mettre ses cordes vocales à l’essai. Ce n’est que dans son havre de liberté à Knowlton qu’il a donné effet à son potentiel de chanteur. Malheureusement pour son entourage, il a dû être retourné à ses propriétaires d’origine et être remplacé par une femelle moins bruyante.

Traduction: Jean-Claude Lefebvre