• Une marmotte a non seulement pris le temps de s’arrêter et de renifler le plant de fleurs fraîchement planté dans le jardin adjacent à sa tanière, mais s’y installa comme si elle avait décidé d’y roupiller. Elle était sur le point de s’endormir parmi les multiples pétales multicolores si ce n’était du bruit qui interrompit ce moment de tranquillité. Un renard à l’affût l’aperçut en train d’absorber la beauté du jardin. Alors que le prédateur s’approchait par derrière elle, une femme, reconnue pour ses tactiques pour apeurer les renards, surgit de la porte du patio de sa maison produisant un tintamarre au moyen d’une cuillère en acier inox qu’elle avait rapidement saisie de la cuisine et un pot à fleurs en métal. Le renard s’enfuit et la marmotte regagna sa tanière. La détermination des rongeurs la ramena à la plate-bande fleurie le jour suivant alors que la femme prit plaisir à la regarder roupiller, protégeant sa survie à distance.
• De l’autre côté de la médaille, il y a ceux qui sont frustrés par les marmottes voraces qui dévorent leurs plants alors qu’ils sont en pleine croissance dans leur jardin de vivaces. Sans oublier les batailles qui s’en suivent entre le chien de la maison et les rongeurs voraces.
• Deux sœurs, en route de Whitehorse, Yukon, à bord d’une maison mobile, s’arrêtèrent à Knowlton, l’espace d’une nuit, pour rendre visite à un ami qu’elles n’avaient pas vu depuis 50 ans. Alors qu’elles dînaient sur le patio d’un restaurant de Bondville, une des sœurs a aperçu, à la table voisine, un couple qu’elle avait connu pendant des journées de navigation à Dorval ainsi qu’au Royaume-Uni alors qu’elles y avaient demeuré et travaillé ensemble pendant cinq ans. Quelle coïncidence incroyable et combien le monde est petit! Reprenant leur voyage pour joindre une réunion de famille à Rivière-du-Loup, elles ont fait la connaissance d’une résidente de Knowlton. 

• Les dindes sauvages semblent s’aventurer à de plus grands espaces en ce monde, car il aurait été rapporté que des parents auraient déambulé avec leurs nombreux rejetons au cœur du centre-ville. Entre eux et l’immense population de chevreuils, ils fournissent aux amateurs photographes un avantage sans pareil. 

Traduction: Michel Morin