• Une grand-mère presqu’octogénaire avait à compléter les formulaires médicaux d’usage pour conserver son permis de conduire. Ceci fait auprès de son toubib à Cowansville et les précieux papiers posés soigneusement sur la banquette arrière, elle a permis à sa chienne Molly de s’ébattre librement dans un parcours de chiens. Dans le sillage de cette joyeuse activité, cette chienne boueuse et mouillée s’est précipitée dans la voiture par le hayon pour s’installer sur sa couverture.

Après avoir laissé la chienne là pendant qu’elle faisait des emplettes, elle a, oh! horreur, découvert Molly assise innocemment sur l’empilement de papiers précieux. Non seulement étaient-ils maculés et mouillés, mais également froissés. C’était la première fois que Molly enjolivait la banquette. De retour à la maison, notre octogénaire en devenir a asséché les papiers avec un séchoir, puis les a étalés sous un gros annuaire téléphonique pour les aplatir. Ses papiers maintenant écornés et partiellement illisibles ont éventuellement pris le chemin de la SAAQ dans l’enveloppe pré-adressée. Miraculeusement, la lettre de renouvellement de son permis de conduire est arrivée dans les deux semaines à l’ immense soulagement de la patronne de Molly.
• Un couple se trouvait à l’abord du comptoir d’auto-enregistrement à l’aéroport Trudeau quand madame a posé un pied sur le convoyeur pendant qu’elle cherchait à extirper un document de son sac à main. Soudainement, le convoyeur s’est mis en marche et elle a presque fait un grand-écart pendant qu’elle et son sac à main partaient sans cérémonie rejoindre les bagages. Le mari a réussi à happer son épouse, mais le sac à main a poursuivi son chemin allègrement. On a envoyé un employé dans le tunnel à la recherche dudit sac. Quelques minutes plus tard, il est revenu victorieux avec le sac à main qui était tombé du convoyeur. Mais, le passeport manquait à l’appel et ce pauvre type à dû retourner dans le dédale de l’aéroport pour dénicher le passeport, pendant que nos voyageurs se faisaient du mauvais sang. Cela a semblé prendre une éternité, mais finalement ce brave dépisteur est revenu triomphalement avec le passeport égaré.

Traduction par Jean-Claude Lefebvre