• Que faire quand un bandit masqué, boule de fourrure, queue touffue, file devant votre bagnole sous vos roues? Un raton- laveur a justement infligé ce mauvais spectacle à une jeune conductrice qui a bien vu, traumatisée, que la bête souffrait en bord de route. Elle a vite composé le 911 pour alerter les policiers qui ont été surpris de répondre à un appel n’impliquant pas de dommage de  véhicules.

À titre d’information, si vous frappez ou si vous voyez une carcasse d’animal en bord de chemin ou dans la forêt, surtout s’il s’agit d’un animal qu’il faut signaler, vous devriez communiquer avec un bureau de la protection de la faune au 1-800-463-2191.

Si votre véhicule a été endommagé, vous devriez rapporter ce fait à la police et faire rédiger un constat. Le site web de VLB affiche de bons renseignements sous les rubriques «résidents et animaux sauvages».

• Un chasseur était à l’affût quand une chouette lapone s’est silencieuse- ment posée sur une branche à 10 mètres de lui. En 40 ans de chasse, ce n’était que la deuxième fois. Quel spectacle! La quiétude matinale s’est trouvée rudement perturbée quand une paire de geais bleus se sont posés derrière le rapace et mis à vociférer en choeur «énervons ce rapace». En cherchant à apeurer ces voisins ailés, la chouette faisait des demi-tours sur la branche pour y parvenir, mais, en fait, pas plus loin qu’une branche voisine.

Le jeu de cris rauques, virevoltage du hibou et stratagèmes s’est pour-suivi pendant quelque deux minutes. Peu après, le hibou a zieuté le chasseur comme pour l’appeler à l’aide, mais n’a reçu qu’un haussement d’épaules. À défaut de résolution du vacarme, le hibou est parti à tire-d’ailes, pourchassé par les geais pendant de nombreux mètres.

Les geais bleus sont-ils en guerre avec les hiboux ou cherchent-ils simplement à les éloigner des mulots?

Traduction: Jean-Claude Lefebvre