Lizette Gilday et Rob Paterson

Lizette Gilday, citoyenne de Knowlton, a visité l’Afrique pour la première fois en 2010 pour ren- contrer une vieille amie, Barbara Birks Wybar, qui dirige une école professionnelle et un pro- gramme d’aide aux orphelins de parents victimes du SIDA et aux enfants pauvres de l’Ouganda. Elle s’y est portée bénévole comme coordonna- trice du programme pour les enfants.

Au bout de cinq ans et trois autres visites en Ouganda, elle a décidé de poursuivre son rêve de fonder un centre pour les femmes. Elle était con- vaincue de l’importance d’aider les femmes et de leur donner du pouvoir.

Elle partit vivre au Kenya pour travailler avec une travailleuse sociale qu’elle connais- sait. Ensemble elles ont fondé le Centre des Femmes visionnaires en 2015, sans argent, et connaissant très bien la nécessité d’aider les plus pauvres femmes d’Afrique. Leur but était d’améliorer leur niveau d’éducation, leur capacité de nourrir leur famille, d’épargner, de fonder de petites entreprises et d’accéder au planning familial et aux installations sécuritaires d’accouchement.

Les femmes rurales africaines et leurs familles sont parmi le 85% des personnes qui vivent de l’agriculture de subsistance. Elle sont intelligentes, travailleuses et courageuses. Comme toutes les mères, elles veulent améliorer leurs conditions de vie et celles de leurs enfants. Le Centre est ouvert depuis quatre ans et a un impact réel sur la vie de la population féminine.

Le Centre des femmes visionnaires a fourni des potagers, du planning familial et plus par l’entre- mise des Groupes de soutien des mères. Le Centre a aussi enseigné aux adolescents dans les écoles des habitudes de vie, procuré du support financier aux filles pour les frais de scolarité, les fournitures et les uniformes, distribué des micro-prêts pour permettre aux femmes de démarrer des entreprises, donné des fonds pour le soutien d’urgence aux femmes en détresse, conseillé plus de 300 femmes et filles sur différents problèmes et plus. Cette année, le Centre va établir un projet d’élevage de volaille et un projet de jardinage organique et résistant au changement climatique. Le projet à long terme de Lizette est que le Centre s’auto-supporte financièrement d’ici cinq ou sept ans.

Pendant son séjour de sept mois, elle va nous envoyer des comptes rendus de sa vie et de son travail et des aperçus de la vie des femmes au Kenya. Ils figureront dans notre page Facebook:

www.facebook.com/TempoLacBrome

Traduction: Guy Côté