Dunham House est une résidence unique procurant des traitements à un maximum de 28 personnes souffrant de problèmes de santé mentale et de «troubles connexes» y compris des dépendances. Tous les résidents y viennent volontairement et participent quotidiennement à un programme structuré de six mois ou plus. Le personnel compte présentement 14 employés, dont cinq thérapeutes qualifiés, travaillant auprès des résidents.

 Même si Dunham House est la seule institution de ce genre offrant des services à la population anglophone, le personnel est bilingue et on y trouve des résidents francophones. Le tiers des résidents proviennent du grand Montréal et les autres des Cantons-de-l’Est et d’ailleurs au Québec.

 La résidence est en plein essor depuis son ouverture à Dunham il y a 18 mois. Le domaine de 85 acres est traversé par la rivière Yamaska. De l’éventail de programes thérapeutiques offerts, un des plus populaires est la thérapie équine assistée, où on travaille avec des chevaux pour développer la confiance en soi. Dunham House comprend aussi un gym, une salle de musique, des salles de classes; on y fait du yoga, de l’art, de l’horticulture et on y trouve un poulailler.

 Dan Colson, fondateur de Dunham House, a planifié son emmé- nagement sur l’emplacement actuel en mars 2016 et il vient d’être reconnu récemment par l’organisme AMI-Québec pour sa «contribu- tion exemplaire dans le domaine de la santé mentale».

 Dunham House, un organisme charitable agréé, assume les frais de la plupart des résidents avec de l’aide financière du gouvernement du Québec. La plupart des résidents qui y viennent sont référés par leur médecin ou leur hôpital, quoique certains contactent Dunham House directement par le site web: www.dunhamhouse.ca

 «Malheureusement, nous sommes une entreprise en croissance et traiter des personnes dans un programme intense est cause de beaucoup de tension sur le personnel», affirme Dan Colson.

«Dunham House aurait besoin de plus de bénévoles pour des tâches variées tel conduire les résidents à leurs rendez-vous chez le médecin. Nous sommes convaincus que quiconque viendra faire du bénévolat trouvera son expérience très enrichissante.»

Traduction: Guy Côté