Gabby Smith, qui concourait dans les finales d’aviron aux Olympiques de Tokyo, est plus qu’une athlète. Elle a donné des cours de natation et d’aviron aux gens d’ici et travaillé comme sauveteuse auprès des enfants à la plage. Elle a été serveuse chez Buzz, elle a travaillé dans l’entrepôt chez Étang.ca et levé des poids au gym local. Gabby est aimée et respectée de toute la communauté. 

Créer des occasions de faire partie d’une communauté pour les athlètes est une des raisons majeures pour lesquelles Aviron Québec a déménagé son Centre national d’Aviron de Montréal à Lac- Brome. Comme nous l’avons vu pendant les olympiques, l’effort, le sacrifice et le doute peuvent souvent se combiner et accabler un athlète qui se sent isolé. Pouvoir s’appuyer sur l’affection et le sup- port d’une communauté peut être source de réconfort et de sérénité. C’est précisément ce que Lac-Brome a redonné à Gabby. 

L’influence personnelle de Gabby sur l’aviron à Lac-Brome perdure. Cette année, 80 enfants ont fait de l’aviron sur le lac. La plupart pour le plaisir, mais cing d’entre eux suivent le programme de développement d’Aviron Knowlton avec l’espoir d’obtenir une place au Centre national d’Aviron, dirigé par l’entraîneur Gavin McKay. Une rameuse, Sasha Roslin, âgée de 15 ans, s’entraîne aussi comme instructeur. Cinquante adultes font de l’aviron cette année. Le succès du programme d’Aviron Québec et son partenariat avec Aviron Knowton Rowing a créé une occasion unique pour les résidents de la ville d’explorer et de pratiquer le sport. 

Où va Gabby maintenant? Au début de septembre, elle a l’intention de revenir à Lac-Brome pour participer à une célébration de sa performance olympique. À l’automne, elle va en Angleterre étudier au Collège Regent’s Park d’Oxford avec la possibilité d’une place sur le bateau des femmes lors des courses d’Oxford et de Cambridge. 

En 2024, elle espère participer aux Olympiques à Paris. Nos meilleurs voeux l’accompagent. 

Traduction: Guy Côté