Les plans ne sont pas tous finalisés mais des projets concrets sont sur la table: rajeunissement et nouveau fonds d’opération de la bibliothèque, réfection du barrage et dragage de l’étang du Moulin, création d’un parc intégré à une place publique aux abords de l’étang, possible déménagement du marché public. Le «Coeur Villageois» de VLB prend forme. Tel que présenté lors d’une assemblée municipale spéciale, le 23 janvier dernier, ce lifting majeur du centre-ville nécessitera d’ici 2023, l’injection de 10,5M$ de fonds municipaux, fédéraux, provinciaux et privés.

D’abord l’étang et le reste suivra Aux dires de l’urbaniste au dossier, Jean-François Vachon, de la firme LGP stratégies immobilières: «Le message des quelque 30 citoyens et commerçants consultés sur l’avenir du centre-ville en 2018, était on ne peut plus clair. On commence avec l’étang et le reste suivra, ont-ils dit. Il leur paraissait essentiel de repenser complètement le design du Parc Coldbrook et d’y aménager un bel espace public, de démolir les deux bâtiments existants (bleu et gris), de relier la bibliothèque à l’étang – From the brook to the book! – de fermer la côte Lakeside pour certains événements et éventuellement de déménager le marché public.» Quoique ce dernier point soit toujours en discussion, a-t-il admis. Rappelons que le budget 2020 de VLB prévoit déjà un investissement de 3M$ pour des travaux de reconstruction du barrage Blackwood et de dragage de l’étang du Moulin, (sujets à l’obtention des certificats du MELCC).

La Bibliothèque, pierre angulaire du projet À eux seuls, la rénovation et le fonctionnement de la Bibliothèque commémorative Pettes accapareront 6M$ du budget du nouveau centre-ville dont 1M$ de deniers municipaux. Le reste devant être comblé par les autres paliers de gouvernement et le privé: «Nous nous étions donné pour objectif d’allier patrimoine, fonctionnalité et modernité», a lancé d’emblée l’architecte Stephan Chevalier, (co-fondateur de la firme Chevalier Morales, récipiendaire de nombreux prix d’architecture) en soumettant aux citoyens la nouvelle mouture de l’édifice. «Les bibliothèques se réinventent. 70% des utilisateurs des nouvelles bibliothèques, les utilisent non seulement

pour lire mais pour y vivre, flâner, rencontrer, échanger des informations.» D’où l’inclusion d’une pièce multifonctionnelle et d’un

coin pour ados entre autres. Mais c’est sans contredit l’immense salle-verrière à l’arrière avec son toit terrasse, faisant corps avec le parc, qui sera l’élément architectural le plus novateur de ce projet.