Le dernier budget de VLB fait état de revenus de 15,2M$ et d’investissements de 10,9M$ en 2020 ainsi que d’un surplus qui pourrait atteindre 1,8M$. Voilà des chiffres imposants vu la taille de notre municipalité.

Que faire de ce pactole? Les chiffres sont une chose, la réalité qu’ils révèlent est ce qui compte vraiment. La part du lion de ces revenus servira à l’entretien des chemins, l’enlèvement de la neige, tout ce qui constitue l’essentiel des services municipaux. Heureusement, nous avons les moyens de faire davantage.

Durant la deuxième moitié de son mandat, l’administration Burcombe a consacré beaucoup d’argent à revitaliser la ville, donner à Lac-Brome un nouvel élan pour attirer entreprises et nouveaux résidents. Il est temps de passer à un autre niveau, lequel, s’il est réussi, nous mènera au-delà des chiffres.

Après le succès tant attendu du sentier Knowlton-Foster, l’année 2020 devrait voir progresser le projet de reconstruction du barrage Blackwood ainsi que la transformation du Parc Coldbrook en nouveau centre-ville avec l’agrandissement de la Bibliothèque Pettes.

Voilà des projets porteurs d’un certain niveau de bien-être pour les citoyens de notre ville. Des projets qui permettent de passer en mode fierté, d’améliorer la vie de notre milieu bien au-delà de ce qu’annoncent les statistiques. C’est aussi l’effet d’importants investissements dans les infrastructures.

Notre ville est attirante à cause de son environnement sain, de la qualité de ses espaces publics de l’originalité et la quiétude des lieux de rendez- vous où on se fait un plaisir de partager une bonne table ou de nouveaux talents. Tout cela a un prix. D’ailleurs nos taxes rejoindront le taux de l’inflation cette année. Ce qui signifie aussi qu’on ne peut se permettre d’oublier la capacité de payer de tous nos concitoyens.

Le conseil devra demeurer vigilant au moment d’appliquer les règles qui protègent la santé de notre lac ainsi que la beauté de nos paysages. C’est ce qui nous distingue et c’est ce que nous voulons comme citoyens. Développer uniquement pour augmenter l’assiette fiscale n’est plus acceptable.

Tempo l’a déjà souligné dans ses pages: réduire l’usage de la voiture, adopter une réglementation plus verte vont de pair avec le développement d’infrastructures qui augmentent le quotient de bien-être de la communauté. Le défi de la nouvelle décennie sera d’assurer un avenir à notre planète. Les municipalités auront un rôle de premier plan à jouer à cet égard.