A  Knowlton, on peut à peine compter sur les doigts d’une main les projets en art visuel auxquels le nom de la peintre et sculpteure, Isabelle Daval, propriétaire de la Galerie Hors-Cadre, n’est pas associée d’une façon ou d’une autre. Le Marché de Noël et Le Jardin des lanternes magiques dans le temps des fêtes, la Grande exposition des petits chefs-d’oeuvre à laquelle 50 artistes sont invités à participer en novembre, l’événement de peinture en direct d’artistes locaux sous chapiteau le 24 juin, portent tous sa signature.

Et elle avoue mijoter déjà de nouveaux projets pour les prochaines Journées de la Culture, fin septembre: «Pourquoi pas cette année, un artiste à l’oeuvre devant chacun des commerces? Et que pensez-vous de la conception d’une carte d’un Circuit des ateliers d’artistes semblable à celle du Circuit des antiquaires?»

Rassembleuse dans ses gènes, comme elle l’avoue elle-même, l’artiste-galeriste de Hors-Cadre n’a rien d’une solitaire.

«Plusieurs artistes sentent le besoin de travailler en solo, loin de l’activité. Moi j’ai besoin des deux, me consacrer à ma peinture – je ne le fais d’ailleurs pas assez à mon goût – tout en mettant en évidence d’autres artistes avec ma galerie et participer ou initier des activités créatrices rassembleuses pour que tous s’y retrouvent, fortunés et moins fortunés, aînés, adultes, ados ou enfants.»

Un village marqué du sceau de la création artistique

Véritable machine à idées, Isabelle Daval est intarissable quand elle parle de l’impressionnante communauté artistique de Knowlton: «Ici la concentration de créateurs, professionnels et amateurs est exceptionnelle et Ville de Lac-Brome aurait tout intérêt à miser sur eux. En fait les artistes locaux devraient être reconnus comme des véritables agents économiques, des pôles d’attraction, au même titre que les commerçants, boutiquiers, antiquaires, aubergistes et restaurateurs. Vous savez, pour attirer des visiteurs, il faut créer un lieu animé et cela nos artistes, artisans, créateurs, directeur de la bibliothèque du théâtre ou du musée, etc., peuvent le faire, j’en suis convaincue, ensemble mais aussi en collaboration avec les commerçants. En fait, l’avenir de Knowlton est là.»

Et ne lui dites surtout pas que Knowlton est un village en déclin. «Ce discours ne tient plus la route et ce, depuis plusieurs années déjà», affirme-t-elle tout de go, profondément convaincue qu’elle habite au contraire un village exceptionnel, marqué du sceau de la création artistique.

Photo: Pierre Hudon