Des vaches, des chevaux, des moutons, 50 000 exposants, bénévoles et travailleurs sans compter les quelque 40 000 visiteurs dans le petit Village de Brome pendant le week-end de la Fête du travail. Maintenant imaginez tout cela sur votre écran d’ordi ou de téléphone intelligent: Mesdames et Messieurs, voici la cyber-édition 2020 de la Foire de Brome.

Pour sa 164e édition la foire agricole la plus appréciée du Québec passe en mode virtuel. Pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, la Foire n’aura pas lieu comme à l’habitude. «C’est à la demande du MAPAQ que la Foire n’a pas lieu cette année; il faut assurer le financement à l’avenir. Ce financement dépend de la tenue de l’événement» explique Lee Patterson, président bénévole pour cette année et directeur des relations avec les membres de l’Association des Expositions agricoles du Québec, dans un entretien avec Tempo. «L’industrie n’est pas en péril, mais il faut être imaginatif et travailler autrement.» poursuit-il.

Les retombées économiques régionales de la Foire sont estimées à plus d’un million de dollars.

«Montrer leurs bêtes à la Foire tient de la tradition plus que de la nécessité pour les producteurs» nous dit M. Patterson. Les éleveurs recourent à la technologie et aux analyses de laboratoire pour évaluer leur cheptel pour la reproduction et la vente.» Mais, voir, sentir et toucher les animaux de ferme permet aux milliers de citadins qui visitent la foire de mieux comprendre le travail des fermiers et la production alimentaire.

Virtuellement, partout dans le monde

Ne pas tenir la foire comme d’habitude impose des limites, mais comporte aussi des avantages. Pour la première fois, la foire a reçu des contributions au concours d’arrangements floraux, de légumes et de théières d’Angleterre, de France et de Suède. «Tout ce qui pouvait être jugé à partir d’une photo ou d’une vidéo a été accepté» explique Gloria Robinson, organisatrice de cette édition spéciale en collaboration avec l’Association des Townshippers.

Les participants devaient respecter certains critères. Il n’y aura pas de prix en argent cette année mais les très convoitées rosettes seront attribuées aux gagnants.

«C’était difficile de voir comment tenir la Foire comme cela, mais plus nous avançons et plus nous mettons en ligne, plus les gens comprennent» explique Madame Robinson. «Après tout, dit-elle, c’est difficile d’imaginer un été qui s’achève sans la Foire de Brome.»

Pour participer et vous renseigner plus avant:

expobrome.com/competitions.

Ou consultez la page Facebook de la Foire.