Dans la première semaine de mars, la structure externe de la nouvelle microbrasserie du 576 Chemin Knowlton sera achevée. Le brassage débutera en mai. La Knowlton Co ouvrira au public à la mi-juin. Comment en est-on arrivé là et à quoi doit-on s’attendre? Pour y répondre, Tempo a rencontré les fondateurs, Jim Allan, son fils Nick et le maître-brasseur Toby Bouchard.

Après des décennies dans l’imprimerie, Jim cherchait un nouveau défi. Il voyait bien le succès des microbrasseries dans plusieurs petites communautés avoisinantes dans le Vermont et au Québec. Son fils Nick de son côté pensait à ouvrir une micro- brasserie. Tony Bouchard cherchait une occasion de faire sa marque dans une brasserie. Les trois hommes entrevoyaient comment une brasserie, située ici à Knowlton, leur permettrait de réaliser leur rêve et d’accroître le dynamisme de la ville.

Les bières sont testées depuis août 2018. Leur style de brassage produira des bières rafraîchissantes, légères et agréables. Ils fabriqueront quatre bières en canettes et de huit à dix bières en fût. Les principales seront une Cream Ale, une Wheat Ale, un Porter et une IPA. Le public pourra consommer la bière au bar ou acheter des canettes et des barillets de bière en fût à remplissage multiple pour consommation domestique. Un service incluant frigo, bières pression et tonnelets sera disponible pour les réceptions à la maison. Le commerce de bière sera ouvert de 11h à 23h sept jours semaine. En été le restaurant sera ouvert du mercredi au dimanche. La brasserie opérera aussi un commerce en gros pour fournir les boutiques de bières spécialisées.

Le restaurant et le bar seront localisés à l’arrière de l’édifice. On servira de préférence de la nourriture des producteurs locaux. Il y aura un four à pizza traditionnel en céramique et on servira de la pizza artisanale. Il y aura aussi des bouchées et des salades. Il faudra pourvoir des postes de gestion et de personnel avant l’ouverture. On espère procurer des carrières aux gens d’ici.

«Les microbrasseries ont fait revivre de nombreuses petites villes» dit Jim Allan. «C’est notre patelin et j’espère que nous pouvons y apporter beaucoup plus encore.»

Traduction: Guy Côté