Il n’y a pas si longtemps, pour trouver un alpaga il fallait investir dans l’achat d’un billet d’avion pour l’Amérique du Sud et se procurer une bonne paire de bottes de marche pour gravir les 3500 mètres jusqu’au plateau des Andes où il vit.

Aujourd’hui, il suffit d’un court trajet en automobile pour vous trouver en présence de ce bel animal à l’allure royale. À Lac-Brome et ailleurs au pays, l’élevage de l’alpaga est en pleine croissance. C’est le cas chez René Desharnais, propriétaire de Domaine des Nobles Alpagas. Voici son histoire.

Comme bien d’autres migrants aux Cantons, René Desharnais avait oeuvré longtemps en ville et en avait «soupé». Dès 2004, il cherchait comment s’en sortir. C’est en 2006 qu’il trouva la solution en acquérant 64 acres sur le chemin Barnes à Lac-Brome.

En novembre 2006, il vit un alpaga et ce fut le coup de foudre. «En le voyant, vous ne pouvez demeurer indifférent; j’ai su ce que j’avais à faire.»

Les alpagas font partie de la famille des camélidés qui comprend le chameau, le lama et le vigogne sauvage. Contrairement à leur plus gros cousin, le lama, les alpagas ne sont pas utilisés comme animal de portage, mais ils ont été domestiqués et appréciés pour leur fibre lustrée qui a été filée en vêtements durant des milliers d’années en Amérique du Sud, leur région d’origine.

Et la raison de cet engouement est que les alpagas ont un charme fou, ils sont si mignons! Ils sont robustes et s’acclimatent fort bien à un dur environnement, ils s’alimentent modérément de quelconques herbes qui sont disponibles, ils sont compacts, doux, propres, timides, intelligents et faciles à élever et ils viennent en une myriade de jolies couleurs. Ils sont comme des aimants de frigo qui plaisent tout autant aux adultes qu’aux enfants. René Desharnais était devenu accro.

Il acquit son premier animal, une femelle nommée Aristo Milady Theodora, en février 2007 et ne l’a jamais regretté. Aujourd’hui, son troupeau compte de 50 à 70 bêtes – les alpagas sont une commodité commerciale – et il vend 10 000 paires de bas et de chandails par année de sa boutique sur la ferme et par le web. Il reçoit aussi jusqu’à 150 visiteurs par jour pour des visites saisonnières des installations. «Lors du dernier Jour de l’Action de Grâce, nous avons eu 1500 visiteurs pendant le week-end!»

À la Saint-Valentin, le 14 février, cela fera 10 ans qu’Aristo Milady Theodora fait partie du troupeau.

Domaine des Nobles Alpagas
24 ch Barnes, Lac-Brome, Québec J0E 2P0
www.alpagas-dna.ca

Traduction par Michel Morin