Ne planifiez pas de promenade sur les passerelles qui relieront l’anse Trestle au sentier pédestre avant le mois de novembre. C’est la nouvelle date cible que s’est fixée la ville pour compléter ce projet promis depuis longtemps. Les travaux avaient d’abord été prévus pour la fin de l’année dernière.

La construction de passerelles semblables sur le ruisseau Quilliams il y a deux ans avait démontré que la construction en milieu humide posait des contraintes environnementales. Pour réduire ces risques, il fallait construire l’hiver sur le sol gelé. Il était prévu de faire de même à l’anse Trestle. Toutefois, de l’avis du directeur général de VLB Gilbert Arel, la situation à l’anse Trestle n’est pas la même; y déplacer de la machinerie lourde seulement en hiver n’est pas nécessaire. En plus, ce délai a permis à la ville de profiter d’une subvention provinciale qui réduira la facture de l’opération d’environ 150 000$.

Il faut maintenant procéder à l’appel d’offres, les entrepreneurs devront soumettre leurs plans. Cela prendra quelques mois. Construire dans l’eau demeure une entreprise complexe. La firme qui sera retenue devra démontrer comment elle exécutera le travail et en assurera la réalisation.

Si tout se passe bien, le nouveau sentier sera complété en novembre cette année.