Francine Bastien, collaboration spéciale

Tempo remercie le greffier de VLB, Owen Falquero pour nous avoir fourni les procès-verbaux des toutes premières réunions du Conseil de la Nouvelle Ville.

Peu de temps après sa création le 2 janvier 1971, la Ville de Lac- Brome tient la première séance du Conseil municipal le 11 janvier au ‘County House’ de Knowlton. L’immeuble est connu aujourd’hui comme l’ancien palais de justice sur la rue St-Paul. En premier lieu, il fallait assermenter les membres du Conseil: Lester Mizener, Maire; George Johnston, Maire suppléant et conseiller ainsi que les conseillers Alan C. Webster, Eric Foster, Heliodore Ares, Philippe Allard, Dr. C. Lorne Church, I. Roderick Crandall et F.R. Partridge. Enfin, Peter G. White et John W. Noyes sont aussi nommés conseillers de Foster à la suite du départ de Léo Dagenais et Alfred H. Wing qui ont démissionné après la fusion municipale.

À l’époque, la population du Village de Foster (500), celle du Village de Knowlton (1500) et du Canton de Brome (1900) atteignait les 3 900 personnes.

Le Conseil s’est tout de suite mis au travail pour approuver les listes détaillées des dépenses des anciens villages. On note, l’approbation de 3,25$ pour Brome Lake Services et 1,36$ pour le Shefford Hardware! La session s’est poursuivie si tard qu’il a fallu continuer lors d’une 2e séance, tenue le 18 janvier 1971. Lors de cette réunion, le Conseil a détaillé comment la ‘Nouvelle Ville’ serait gérée. Un système de «Commissions» a été mis en place. Ces dernières étaient présidées par un conseiller qui pouvait se faire aider par des «non-conseillers» afin de gérer les divers fonctions et services comme la Voirie, les Finances, les Incendies, les Affaires municipales, etc. Fait à noter, les tâches regroupées sous ‘Santé publique et loisirs’ comprenaient ‘la gestion de piscine’ (il n’y a pas de piscine publique à VLB), la collecte des ordures, les dépotoirs et le bien-être social! C’est de ce système que s’inspirent les comités viseurs que nous connaissons aujourd’hui sous les noms de Comité consultatif d’urbanisme (CCU) et de l’environnement (CCE).

Les douze employés de la nouvelle ville

Il a ensuite fallu voter les salaires des officiers et employés municipaux. Ils étaient 12 selon le procès-verbal. Le greffier de la Ville, Edward C. Pilson recevait 7 700$ par an et le trésorier, Stanley Quilliams, avait droit à 6 000$. Quant au ‘Surintendant’ du Village (le directeur général) Charles F. Barnes, il recevait 641,73$ par mois. VLB compte aujourd’hui 42 employés qui servent une population d’environ 5 495 personnes (Recensement de 2016).

Adoption des premiers règlements

En février 1971, le Conseil adopte le Règlement Numéro 1 qui fixe au premier lundi du mois, à 19h, la tenue de la séance régulière du Conseil. Une pratique maintenue cinquante ans plus tard.

Avec le Règlement Numéro 2, la Nouvelle Ville crée sa brigade de pompiers. Le règlement, rédigé en anglais seulement comme l’ensemble des procès-verbaux, se lit comme suit: «…à la discrétion du Conseil municipal, un nombre suffisant de personnes seront recrutées, sur une base volontaire, et il leur sera fourni un équipement adéquat pour combattre les incendies.»

Le règlement numéro 3 crée un corps de police. Il énonce: «la Force se verra fournir uniformes, armes et équipements et devra exécuter les tâches assignées par le Conseil…» Raymond Gaudreau est alors nommé ‘Chef de police intérimaire’ au salaire de 150$ par semaine ‘sans temps supplémentaire’. Il est flanqué de deux policiers à temps plein John L. Grenier et Ralph Seaton, lesquels toucheront chacun jusqu’à 112,50$ par semaine. «Il y aura jusqu’à trois policiers disponibles sur appel qui seront payés 2,00$ l’heure».

Pas besoin d’être fort en math pour conclure que la police d’il y a 50 ans coûtait pas mal moins cher que les 2M$ annuels réclamés aujourd’hui par la SQ.