Le chiffre d’affaires de l’entreprise est secret. Mario Paris, le grand patron d’Étang.ca, mieux connu sous le nom de Canadianpond.ca, n’aime pas faire état de son succès en dollars. En revanche, il vous parlera avec enthousiasme des performances de son Tuyau Bulle, son produit phare, dont les multiples applications servant à mieux gérer et à améliorer la qualité des milieux aquatiques, sont aujourd’hui recherchées à travers le monde.

«Nous ne creusons plus d’étangs comme on le faisait en 1997 avec notre compagnie soeur Les Étangs PPM inc., insiste Mario Paris. Entre 1997 et 2003 nous avons créé plus de 200 plans d’eau dans la région, vous savez. Mais cette époque a définitivement pris fin en 2003. Qu’on se le dise», lance-t-il en souriant.

Sa combinaison gagnante: une multinationale à petite échelle.

Oxygéner, déglacer des milieux aquatiques; confiner des déversements de pétrole; aérer des bassins intérieurs pour des minières et des étangs servant au traitement des eaux usées; créer des murs de bulles, capables d’atténuer les bruits de travaux sous-marins qui perturbent baleines et bélugas, ou d’empêcher les matières plastiques de gagner les océans; éventuellement contribuer à se débarrasser de plantes envahissantes, tels sont plutôt les services offerts aujourd’hui par Étang.ca, maintenant en ligne également sous le nom de Bubbletubing.com. «En fait notre branche industrielle a nettement pris le pas sur le résidentiel, le commercial et le municipal.»

Le succès international…

Les applications sur mesure du Tuyau Bulle, développées par cet entrepreneur audacieux, méticuleux et déterminé et par son équipe, font déjà des malheurs dans le reste du Canada et à l’international. France, Pays-Bas, Angleterre, Espagne, Inde, Émirats arabes unis, etc., une quinzaine de pays font en ce moment appel au produit, un produit écologique, peu cher et performant. Aussi Mario Paris ne craint-il pas de définir aujourd’hui Étang.ca comme une mutinationale… à petite échelle. «Une vingtaine d’employés tout au plus et ça marche!»

De plus en plus canadien et international

Pour plusieurs raisons, dont ce qu’il appelle «un certain immobilisme du ministère de l’Environnement du Québec», l’entrepreneur audacieux se tourne dorénavant davantage vers le reste du Canada et l’international. S’inspirant de l’expérience d’autres firmes canadiennes déjà établies à l’étranger, il a avancé ses pions stratégiquement, prudemment. Et la démarche rapporte. Il s’est ainsi fait des alliés canadiens pour soumissionner à l’extérieur du pays. «Les ambassades canadiennes et les bureaux du Québec à l’étranger me sont d’un très grand secours. Ils me donnent support et crédibilité. C’est majeur!»

Vivre dans un environnement qui change

«Il y a 15 ans, j’avais écrit sur mon compte Twitter que mes trois grandes passions se résumaient en trois mots: environnement, arts et humanité. On travaille en environnement parce qu’il y a des êtres humains. En fait, notre plus grand défi comme humanité, c’est de vivre dans un environnement qui change.»

Et à l’évidence, Mario Paris compte bien faire sa part, si petite soit-elle, pour aider les communautés humaines à le relever!

Nombre d’employés: 20 à Lac-Brome. Un représentant en Europe.
Répartition du chiffre d’affaires: 60% industriel, 40% résidentiel et commercial (incluant le municipal)

Répartition de la clientèle: 80% au Canada (d’est en ouest jusqu’au Nunavut) environ 18% à l’international et 2% aux États-Unis

Objectif d’ici 5 ans: 25% des projets à l’international
Déploiement international: 34 pays au cours des 5 dernières années.
Investissements «Recherche et Développement»: 2 à 3% du budget annuel