par Gaétan Deschênes, horticulteur

Les amateurs de belles plates-bandes et de potagers ont la cote cette année. La pandémie y est pour quelque chose, mais aussi, de plus en plus de gens prennent conscience de nombreux défis, dont ceux liés aux changements climatiques et à la surconsommation. L’alimentation devient alors une manière de lutter et la popularité du jardinage devient de plus en plus ancrée dans ce désir. Dans notre région, les jardins et les potagers sont bien présents dans notre paysage. Le potager permet de savoir ce qu’on fait pousser, mais aussi de cultiver des plantes différentes qu’on ne trouve pas nécessairement dans les marchés. Autre avantage, cela permet de disposer d’aliments frais qui n’ont pas eu à franchir des centaines de kilomètres pour ne pas dire des milliers avant d’arriver dans notre assiette.

De grands défis

Tous les jardiniers avertis vous le diront: la saison n’est pas facile, par contre, pour les amateurs. Les canicules qui se succèdent et le haut taux d’humidité ont permis à bien des insectes de se régaler et d’endommager aussi bien les fleurs que les légumes. Nous pensons particulièrement au terrible scarabée japonais, un vrai bouffeur! Originaire de l’Est de l’Asie, cet insecte est présent en territoire canadien depuis les années 30. Depuis, il étend son territoire et notre région n’y échappe pas. Le scarabée japonais adulte est surtout actif par temps chaud et ensoleillé. Il se nourrit de plus de 300 espèces végétales différentes. L’insecte s’attaque d’abord aux pétales des fleurs tendres avant de causer des dommages aux feuilles. La larve, quant à elle, se nourrit des racines du gazon. C’est la raison principale qui fait qu’il y a tant de pelouses jaunies cette année.

Comment s’en débarrasser ?

Pour dire vrai, les solutions simples n’existent pas. Les amateurs qui ont bien du temps peuvent les éliminer manuellement tôt le matin… d’autres utilisent un petit aspirateur. Certains se procurent un piège conçu spécialement pour capturer les scarabées, mais les résultats seraient mitigés de l’avis de bien des connaisseurs. D’autres jardiniers disent connaître un certain succès en vaporisant leurs plants avec de l’eau additionnée de détergent à vaisselle; d’autres soutiennent que cette recette est peu efficace. En terminant, il est important de savoir que ces insectes endommagent les végétaux, mais ne les font pas mourir. Et souhaitons- nous que l’industrie trouve le plus rapidement possible le produit miracle.

Gaétan Dechênes, nouveau collaborateur de Tempo, est journaliste spécialisé et auteur d’ouvrages d’horticulture et de jardinage. Il a aussi jugé des concours horticoles au Canada, aux États-Unis et en Europe.