Les édifices de la Société historique du comté de Brome (SHCB) ont été consolidés pour une autre génération. Tempo a rendu visite au conservateur Jeremy Reeves et à l’archiviste Abbey Lacroix au sujet de leurs plans pour les collections.

Le conservateur Jeremy Reeves, dit: «il s’agit de combiner l’espace physique où les pièces de la collection sont exposées, avec la présence du web où les personnes peuvent explorer la collection à distance.» Par exemple, affirme l’archiviste Abbey Lacroix, «en référence à la Première Guerre mondiale, le Musée renferme de rares et extraordinaires artéfacts comme l’avion de chasse allemand Fokker. Il y a cependant cachés dans nos archives, des documents et des images de cette même guerre. Une récente subvention du gouvernement fédéral nous a permis de digitaliser toute cette collection. Résultat, le plein potentiel de notre collection sur la Première Guerre mondiale est disponible.»

«Nous utilisons des vitrines pour exposer des sections de notre collection» dit Jeremy Reeves. «Pour bien le faire, nous avions besoin de plus d’espace d’exposition. En ajoutant des murs dans l’espace de l’Édifice du Centenaire, nous avons agrandi la surface du plancher de 100% et des murs de 400%. Les heures d’ouverture ont aussi leur importance. Maintenant le Musée est ouvert sept jours semaine pendant l’été. L’Édifice du Centenaire et le Musée des enfants sont ouverts six jours semaine. Si je suis sur les lieux, sur demande, je peux vous donner accès au reste du Musée.» Nous avons des plans pour attirer plus de visiteurs. «Nous avons deux types de visiteurs, les locaux et les gens de l’extérieur. Nous voulons trouver une convergence dans les intérêts des deux groupes. Par exemple, au printemps 2021, nous allons faire une exposition sur Sydney Fisher, un personnage local bien connu. Au delà de son rôle important comme ministre de l’Agriculture et de sa notoriété à Knowlton, il a joué un rôle fondamental dans la création des Archives Nationales et de la Galerie Nationale. C’est donc une personnalité locale avec un plus «Nous n’avons pas les ressources pour attirer les visiteurs éloignés. Nous planifions donc de faire du réseautage avec les organismes locaux qui le font» dit Abbey Lacroix. «Un bon exemple de ce genre de partenariat est notre interaction avec la municipalité pendant le festival d’hiver. Nous avons offert du stationnement, des boissons chaudes, des visites du Musée des enfants et des promenades en carrioles à la plage. La communauté et le Musée en ont bénéficié».

Jeremy et Abbey sont jeunes, qualifiés, pleins d’énergie et de projets intéressants. Nous avons tout à fait raison d’être optimistes sur l’avenir du Musée.

Traduction: Guy Côté