L’activité humaine menace l’environnement. Incontournable paradoxe. Il faut réduire notre empreinte sur la planète. Comment le faire est en ce moment le sujet le plus discuté, pour ne pas dire controversé. Comme personnes, comme sociétés, comme pays nous devons réfléchir, contribuer à trouver des solutions. Notre avenir en dépend.

Les municipalités, les MRC s’occupent de recyclage, de transport collectif et de gestion du territoire de façon à réduire l’impact négatif de nos activités sur notre milieu. Peuvent-elles faire plus? Si oui, quoi et à quel prix?

Les permis de construire et la distribution de l’eau potable reviennent aux municipalités. Elles ont le pouvoir de réglementer ces secteurs.

Comme Tempo nous apprenait récemment, VLB vit en ce moment un boom immobilier. Un des projets en cours s’annonce comme carbo-neutre. Un but louable que se sont fixés les promoteurs du projet eux-mêmes. Pourquoi ne pas ajuster nos règlements afin d’y incorporer des objectifs utiles en matière d’environnement?

Tout projet de construction serait soumis à un “test vert” comprenant des critères écologiques: les matériaux utilisés sont-ils locaux, de source durable? Quelles seront les mesures pour réduire les déchets de construction? Quelles mesures énergétiques (passive comme le solaire ou l’éolien, l’isolation, l’étanchéité des fenêtres) et relatives à l’eau (utilisation des eaux grises, captation de l’eau de pluie) seront incluses dans le projet?

Les constructeurs devraient mettre de l’avant des critères verts afin de se qualifier pour l’obtention d’un permis auprès de VLB. La réputation verte de la ville s’en trouverait rehaussée auprès de ses résidents tant actuels qu’à venir.

Pendant des années, VLB a dû composer avec des restrictions d’eau. Les nouvelles constructions augmenteront la demande en eau. Pour assurer l’utilisation éco-rationelle de l’eau, le test vert imposerait l’installation de compteurs dans les nouveaux bâtiments – à terme dans tous les bâtiments.

Bâtir vert peut coûter plus cher. Mais à l’usage, un immeuble vert est moins cher à entretenir.

En plus de remplir les sites d’enfouissement, démolir et reconstruire affecte plus négativement le milieu que l’utilisation d’un immeuble existant. Pourquoi démolir un immeuble, sain, sûr et vivable? Pour le remplacer par un plus grand bâtiment assorti d’un compte de taxe plus élevé? Ce critère semble malheureusement dominer la réglementation en matière de développement.

Nos municipalités peuvent réduire notre empreinte écologique et ce faisant, améliorer la qualité de nos maisons, de nos vies et de notre avenir. Comme citoyens et comme communautés, nous devons pousser nos élus à adopter des réglements plus éco-responsables.

Ensemble, protégeons le mont Foster

Si vous n’avez jamais eu la chance de monter dans la tour au sommet du mont Foster à Bolton-Ouest et St-Étienne- de-Bolton, vous avez raté une expérience mémorable. Au sommet de la tour de guet, vous aurez l’impression de voir jusqu’à Montréal, New York et Toronto. Imaginez-vous faire une promenade à pied, en raquettes ou en ski de fond avec votre famille et contempler ce remarquable territoire naturel.

Une contribution au Corridor Appalachien (ACA) servira à atteindre son objectif d’acheter 217 hectares de forêt couvrant le sommet du mont Foster.