La faune sauvage reprend ses droits à haute vitesse dans notre région apportant son lot de conflits entre humains et animaux et aussi entre les habitués de la ville, pas trop friands de chasse, et ceux qui disent que c’est le seul moyen de prévenir la surpopulation animale et la mort par inanition.

Les chevreuils sont partout, au bord des chemins, dans les bois et dans les villages densément peuplés, un phénomène récent. Et c’est maintenant au tour des ours noirs de s’approprier le territoire. On trouve des excréments d’ours même dans des jardins clôturés. Il n’y a pas si longtemps, les fermiers tiraient les ours à vue. Plus maintenant.

Comment expliquer cette prolifération? Il y a moins de fermes; les terres pauvres sont abandonnées à la nature au point que l’on trouve des traces du passage des ours sous les pommiers sauvages dans les champs que la forêt récupère. Les dindons sauvages se sont aujoutés à notre bestiaire. Quant aux renards et aux ratons laveurs, ils font partie des meubles. Les canards vivent sur le ruisseau Coldbrook et qui n’a pas entendu le changement des saisons au passage d’un vol de bernaches?

Tout cela nous plaît plutôt car nos demeures, de plus en plus high-tech, sont en pleine nature. Cela fait l’envie des Européens d’ailleurs; et que dire des cars de touristes chinois, qui, lors d’excursion feuilles d’automne, sont complètement séduits par toute cette belle nature.

Les jardiniers détestent les chevreuils, les apiculteurs se plaignent des ravages que les ours infligent à leurs ruches. Les citadins, un brin sentimentaux, n’aiment pas les chasseurs. Il reste qu’ils font ce que la nature ne peut plus faire: contrôler la population animale.

Au fond, on aime bien vivre dans un zoo.

Le soleil se lève trop tôt

Nous sommes près de la limite sud de la zone de l’heure de l’est, de loin la plus large dans le sud du Canada.

Presque 3000 kilomètres nous séparent de la limite ouest de cette zone située à la frontière du Manitoba. Le 15 novembre, le soleil se lèvera à 6h45 ici; à l’extrémité ouest de la zone il sera 8h05 toujours à l’HNE.

À Boston, directement au sud d’ici, on n’aime pas que le soleil se lève et se couche si tôt. L’État du Massachusetts songe même à adopter l’heure de l’Atlantique. Non ce n’est pas une attrape du 1er avril.

Est-ce que l’est du Québec emboîterait le pas au Massachusetts? A la mi-novembre, le soleil se coucherait à 17h20 plutôt qu’à 16h20. Pourquoi ne pas tenir un référendum sur la question?

N’oubliez pas de changer l’heure le 6 novembre.