Nous avons franchi une nouvelle étape pour récupérer notre propre service de police. C’est encourageant, mais ce n’est pas pour demain. La Ville de Lac-Brome a accepté de recourir à une requête auprès de L’Assemblée nationale qui autoriserait Bromont à assurer les services policiers de Lac-Brome.

Ceci comporte de nombreux avantages: soit des économies de 400 000$ par année, en plus des revenus additionnels sur les contraventions données sur toutes les routes dans les limites de la municipalité.

Présentement, les revenus des contraventions données par la SQ sur une route numérotée sont versés au gouvernement provincial; les revenus des contraventions données sur les routes secondaires sont versés à la municipalité.

Advenant un service commun de police avec Bromont, tous les revenus des contraventions données sur les routes 104, 139, 215 et 243 dans les limites de Lac-Brome reviendraient à la municipalité.

On se plaint déjà qu’il y aurait plus de contraventions pour excès de vitesse et autres délits routiers, comme c’est le cas présentement à Bromont. Il est difficile de blâmer la police de faire son travail. Les excès de vitesse sont rares sur les routes de Bromont dû à la vigilance des patrouilles policières. On devrait se réjouir d’obtenir le même niveau de sécurité ici, en plus d’une présence accrue sur les routes secondaires.

Il y aura bien sûr un délai hors de notre contrôle pour y arriver, car le dossier judiciaire du Gouvernement est encombré de législations sur le registre des armes à feu; l’âge pour l’usage du canabis et la nomination du directeur de la SQ. Cela signifie qu’une demande de changement de la Loi sur la police devra attendre la session d’automne, même si le Maire Richard Burcombe affirme qu’il y a peut-être un autre moyen de réaliser ce changement souhaitable. On espère que ce soit fait le plus tôt possible pour que la Ville de Lac-Brome puisse réduire ses coûts, avoir des routes sécuritaires et surtout un meilleur service de police.