Lors d’une conférence de presse conjointe, les maires de Bromont, Louis Villeneuve et de Lac-Brome, Richard Burcombe ont signifié aux politiciens en campagne que la mise en commun des services de police pour les deux municipalités se traduirait par une baisse de coûts pouvant aller jusqu’à 20% et des services améliorés pour les citoyens de Lac-Brome. «Nous voulons être traités comme une exception» a plaidé le Maire Burcombe. «C’est une affaire de gros bon sens» a-t-il lancé aux politiciens en élections. «Je ne vois pas comment on ne peut pas avoir l’oreille des politiciens quand nous pouvons trouver des économies substantielles et offrir de meilleurs services.»

De son côté le Maire de Bromont, Louis Villeneuve, a insisté sur les similitudes entre les deux municipalités en ce qui touche les enjeux de sécurité publique, du territoire et le taux de criminalité. «Notre situation est unique, nous avons l’occasion de faire des économies substantielles, de contrôler nos dépenses, tout en continuant d’offrir un service hors- pair à nos citoyens (…) nous n’attendons que le feu vert de Québec.»

Le principal obstacle à ce projet se trouve dans la Loi sur la police qui ne permet pas à des municipalités de moins de 50 000 personnes d’avoir un corps policier autre que la SQ. Les maires ont besoin d’appuis politiques pour faire adopter un projet de loi privé à l’Assemblée nationale. Le chef de la CAQ François Legault a déjà été approché et les maires promettent de demander l’appui de tous les leaders de partis et des candidats dans Brome-Missisquoi pendant la campagne électorale.

Des services de police différents

En entrevue avec Tempo, Jean Bourgeois, le Chef de police de Bromont a précisé qu’un futur service Bromont-VLB serait un service de proximité et que VLB recevrait les mêmes services qui sont dispensés à Bromont. «Il y a en tout temps trois officiers de police en service à Bromont» a indiqué le Chef Bourgeois. Bien qu’il n’ait pas voulu préciser s’il faudra augmenter les effectifs du corps policier pour couvrir le territoire de VLB, M. Bourgeois a confirmé que VLB recevrait le même niveau de service que reçoit Bromont.

De son côté, le Maire Burcombe, un ancien policier de la SQ, a été très clair: «Il y aura une plus grande présence policière à VLB» si l’accord va de l’avant.

À l’heure actuelle, chaque citoyen de VLB débourse chaque année 324$ pour les services de police contre 126$ pour tout citoyen qui vit dans une municipalité comparable au Québec.