Communiqué

Ayant en main les résultats d’un sondage commandé cet automne, les villes de Lac-Brome et de Bromont interpellent les nouveaux élus en place sur la scène provinciale sur la nécessité de leur permettre d’établir un partenariat en matière de desserte policière, et sollicitent l’adoption d’un projet de loi d’intérêt privé pour y parvenir.

Effectué à la fin de septembre par la firme Léger auprès de 600 résidents des deux localités, le coup de sonde démontre que trois répondants sur quatre se disent en faveur d’une couverture du territoire de Lac-Brome par le Service de police de Bromont. C’est actuellement la Sûreté du Québec qui s’en charge. Il révèle également que les deux tiers des participants de Lac-Brome croient que cette avenue améliorerait la présence policière et la sécurité dans leur ville.

Parmi les résidents de Bromont interrogés, une majorité estime que cette entente entraînerait des économies.

« Notre nouvelle députée de Brome-Missisquoi, Isabelle Charest, s’était montrée favorable à la proposition en période électorale. Les résultats du sondage sont révélateurs et nous positionnent avantageusement. Nous souhaitons maintenant que le dossier passe à la vitesse supérieure », soutient le maire de Bromont, Louis Villeneuve.

« Nos citoyens sont derrière nous dans ce projet et les deux villes sont au diapason. Il a précédemment été démontré qu’il y avait des économies importantes à faire avec ce scénario. En somme, notre bout de chemin est fait, ne reste plus qu’à Québec à faire le sien », indique le maire de Lac-Brome, Richard Burcombe.

Rappelons qu’une telle avenue passe impérativement par l’adoption d’un projet de loi d’intérêt privé, puisque la Loi sur la police ne permet pas à une localité de moins de 50000 habitants d’apporter des changements quant à sa desserte policière.

Soucieuses d’offrir à leurs citoyens l’occasion d’en apprendre davantage sur la vision des deux villes dans ce dossier, Bromont et Lac-Brome organiseront des séances d’informations, dont les dates seront rendues publiques ultérieurement.