NDLR: Cette lettre représente le point de vue du Conseil d’administration du Théâtre Lac Brome au sujet d’un article paru dans le Tempo de septembre.

Le CA du Théâtre Lac-Brome est extrêmement surpris des propos négatifs tenus dans le Tempo de septembre et tient par la présente à rétablir les faits quant aux erreurs véhiculées dans cet article.

1. Le TLB ne vit pas «un chapitre sombre et mouvementé de ses 36 ans d’histoire», mais plutôt une année de transition qui a déjà permis d’offrir un programme riche et varié pendant toute l’année.

2. Dominic Boulianne n’a pas été «parachuté». Le CA a fait appel à un chercheur de tête qui a soumis plusieurs candidatures. M. Boulianne s’est qualifié au terme d’un processus de sélection rigoureux.

3. Son mandat n’était pas de monter «une série complète de productions théâtrales en anglais», mais d’élaborer un pro- gramme diversifié dans les deux langues officielles, pour l’ensemble de la population de la région, et occuper la salle tout au long de l’année. Il a programmé deux pièces en anglais, et non une seule : Counting aloud, avec Gabrielle Soskin, et The Vagina Monologues, avec Emma Stevens. Le TLB a offert un programme pluridisciplinaire, dont plusieurs spectacles ont affiché complet.

4. M. Boulianne a dûment informé le CA qu’il avait quelques contrats à respecter pendant la saison 2018-2019. Il y avait déjà une assistante au Théâtre avant son arrivée. Il est faux de pré- tendre qu’il y a eu «nécessité d’embaucher un adjoint».

5. Les activités de financement n’ont pas été réduites, au con- traire. M. Boulianne a déposé plusieurs demandes de subventions et a amené de nouveaux mécènes et commanditaires à soutenir le TLB.

6. Quant aux plaintes de la «communauté», le CA constate que celles-ci émanent d’un petit groupe de personnes réticentes à l’évolution du TLB. Les commentaires recueillis sur place et les médias sociaux attestent plutôt du niveau de satisfaction, et même de l’enthousiasme des usagers à l’endroit du TLB et des spectacles présentés.

7. M. Boulianne a démissionné pour des raisons personnelles et non pour son incapacité à prendre les critiques, comme le pré- tend l’article.

8. Il n’y a pas non plus d’hypothèque pour «effacer la dette». Nous avons une simple marge de crédit hypothécaire opérationnelle depuis plusieurs années.

Nous déplorons que certaines personnes du grand public persistent à dénigrer le directeur sortant et continuent à colporter des informations erronées et malveillantes en prétendant que la population anglophone est mal servie ou négligée par l’actuelle administration.

Tous les membres du CA, les employés et les bénévoles se dépensent sans compter pour consolider les bases du TLB et bâtir l’avenir de ce pilier culturel de notre région, où se côtoient les deux cultures. C’est la mission que s’est donnée le CA : faire du Théâtre Lac-Brome un lieu ouvert, dynamique, accessible et par-dessus tout rassembleur.

Le Conseil d’administration du Théâtre Lac Brome

Exceptionnellement, Tempo a décidé de ne pas publier d’autres lettres relatives à cet article.