L’Association des Townshippers joue un rôle vital dans la communauté, veille à l’accès aux services de santé en anglais, aide des jeunes à obtenir de la formation et se trouver des emplois. Elle reconnaît par des prix le travail de bénévoles et fait pression sur les gouvernements pour protéger les droits de minorités linguistiques. Cependant, ces temps-ci elle fait la manchette pour d’autres raisons, venant d’annoncer que cette année la Journée des Townshippers, la mieux connue des manifestations annuelles de la communauté anglophone des Cantons-de-l’Est, n’aura pas lieu, une première depuis 1979.

Il est décevant qu’après 38 ans on en soit arrivé là.

Traditionnellement, la Journée des Townshippers se déplaçait de ville en village, invitant ainsi des milliers de visiteurs à découvrir divers coins de pays et les contributions des anglophones de chaque région. Malheureusement, les municipalités n’y mettent plus du leur comme avant, de dire Gerald Cutting, président de l’Association des Townshippers, chose que l’on constate graduellement depuis au moins cinq ans. La Ville de Lac-Brome et le Village de Brome ont proposé de tenir l’événement cette année sur les terrains de la Foire de Brome, comme ce fut le cas avec brillo ces deux dernières années, mais l’Association ne voulait pas le même emplacement une troisième fois de suite.

M. Cutting a expliqué que l’Association est à mettre un comité sur pied pour donner un nouvel élan à la Journée des Townshippers et sollicite des idées et des soutiens à cet effet. De fait, il pourrait falloir réinventer le concept pour raviver l’intérêt. Il faudrait peut-être songer à délaisser l’idée du parrainage municipal, ou encore imaginer un type d’événement que les municipalités voudraient accueillir. Peut-être que l’Association devrait repenser son modèle vieux de 38 ans de changer d’en- droit tous les ans – pourquoi ne pas en faire un événement annuel sur les terrains de la Foire de Brome, donc dans un secteur possédant une bassin critique de gens qui apprécient les Townshippers anglophones?

Mais l’Association ne doit pas laisser mourir l’esprit de la Journée des Townshippers. Il est exact que la communauté anglophone change, vieillit et s’amenuise avec le temps, comme s’en plaint M. Cutting. Cependant elle existe toujours, demeure une volet vivace et vital de l’avenir des Cantons-de-l’Est. Elle doit fêter et être reconnue.

Peut-être s’agit-il du coup de fouet requis pour trouver une façon plus dynamique, inclusive et positive de célébrer la communauté anglophone et sa contribution à la vie dans les Cantons- de-l’Est. Célébrer la communauté et faire valoir sa diversité devrait être une tâche prioritaire de l’Association des Townshippers.

Comme dans toutes les organisations relevant de la communauté, surtout celles dépendant de fonds publics, l’Association se doit de revoir ses priorités et stratégies afin de demeurer au diapason de la communauté qu’elle sert en fonction de la fluidité du changement. Repenser la Journée des Townshippers et les messages qu’elle porte serait une belle occasion pour l’Association d’agir en ce sens.

Si vous désirez contribuer des idées ou du soutien en regard d’une initiative de renouvellement de la Journée des Townshippers, communiquez s.v.p. avec Corrinna Pole de l’Association des Townshippers au 1-866-566-5717; ta@townshippers.org ou le bureau à Ville de Lac-Brome au 450-242-4421.

Photo de 1981 de l’événement de Hatley Québec, avec l’aimable autorisation de l’Association des Townshippers