À Knowlton, vous ne pouvez pas faire cinq pas sans tomber sur une galerie d’art.

Depuis deux ans, les espaces consacrés à la vente de tableaux, de sculptures et de céramiques comprennent le rez-de-chaussée d’England Hill, sur le chemin Lakeside, une ancienne résidence sur la rue Maple; l’ancien édifice du Campus Lac-Brome de l’Université Bishop sur la route 243, et Hors-cadre sur le chemin Knowlton.

art lab 341, la dernière recrue, est un studio de groupe dont l’ouverture officielle a eu lieu avant le jour de l’an dans le local de l’ancien Garage Mullarkey au 341 chemin Knowlton. Comme son appellation l’indique, ce grand espace de deux étages est un studio de travail où sont exposées et vendues les oeuvres créées par cinq artistes en résidence: les peintres Dominique Perron, José Fillion, Michel Gamache, Michel Beaucage et la céramiste Rachel Grenon.

Les premiers occupants, dans ce ce qui fut précédemment une salle d’exposition pour les importations indonésiennes de Joël Dumas, furent, depuis un an, Dominique Perron et José Fillion. Cette dernière se souvient d’avoir appelé son ami Michel Gamache et lui avoir dit: «arrête de travailler chez toi et viens travailler ici». Il obéit, et il aima tellement qu’il acheta l’édifice avec Claire Léger, une philantrope de Lac-Brome.

L’été dernier et l’automne ont été consacrés aux rénovations. Entre autres, l’étage inaccessible a été pourvu d’un escalier métallique en colimaçon. On a percé de nouvelles fenêtres, peint les murs en blanc, installé un nouvel éclairage et de nouveaux systèmes d’accrochage, tout en faisant de la place pour permettre à Joël Dumas d’exposer ses dernières acquisitions d’Extrême-Orient. Les aires ont été réparties de façon à ce que les cinq artistes puissent pratiquer leur art dans toute sa magnificense désordonnée. La fusion de la création et du commerce suggère ce qu’a dû signifier l’ouverture d’un atelier dans le Lower Manhattan au début des années soixante, où la collaboration dans des espaces communs mena à des oeuvres innovatrices.

«C’est avant tout un lieu de travail» affirmait récemment un Michel Gamache éclaboussé de peinture. «C’est notre univers. Notre vision est d’amener les amateurs d’art à nous visiter et à nous encourager.» Les événements sont organisés à cette fin, la plupart des oeuvres d’art achevées et en général accessibles sont évaluées dans le but d’être vendues, de trouver une place dans les résidences privées et d’attirer des clients potentiels pour soutenir art lab 341 et les autres galeries d’ici, en plus d’ aider Lac-Brome à consolider sa réputation croissante de mecque de la créativité des Cantons-de-l’Est.

Traduction: Guy Côté