Un des effets de la COVID a vraiment été d’augmenter la vitesse à laquelle les gens quittent la ville pour venir travailler de leur résidence à la campagne. Tempo a rencontré une résidente de Knowlton qui a opéré le changement. 

Sharon vivait à Montréal depuis longtemps. Il faut noter cependant qu’elle a été une habituée de la région depuis son enfance. Elle travaille depuis sept ans comme éditrice associée de la revue Canada’s  100 Best Restaurants and 50 Best Bars. Elle a aussi créé une série de dîners exclusifs pour les clients de la publication pour qu’ils puissent organiser de grands dîners pour leurs clients corporatifs à travers le Canada dans des restaurants de la liste des 100 meilleurs. En mars 2020, la pandémie a frappé et toute l’industrie hôtelière a subitement fermé. Canada’s Best 100 ne savait pas si leur marque média ou même leur industrie hôtelière survivrait. 

Pour affermir sa situation, elle a abandonné son duplexe à Notre-Dame-de-Grâce et emménagé à plein temps dans sa maison de Knowlton. Elle s’est vite adaptée au nouveau contexte pour faire évoluer son modèle d’affaires. Elle a contacté les chefs et les restaurant du Canada’s 100 best et ils ont fait un remue-méninges pour trouver une façon de recréer une expérience gastronomique dans le confort des demeures de la clientèle. Des dîners cinq services sont maintenant livrés simultanément aux résidences des invités qui les dégustent en discutant avec des collègues sur Zoom.

 

Sharon agit comme hôtesse, accueillant les invités et présentant le chef et le sommelier. De l’automne dernier jusqu’à maintenant, elle a organisé une série de ces dîners à Vancouver, Winnipeg, Toronto et Montréal, gérant en toute sécurité ces événements à partir de sa véranda. Ce faisant, elle a trouvé une façon à la fois de garder son emploi et de maintenir des services appréciés auprès des clients de  Canada’s 100 et fournir de l’emploi aux meilleurs chefs du Canada. 

Traduction: Guy Côté